Historique salarial de joueurs actifs et retirés de la LNH
(depuis  1989)
Entrez le nom de famille et cliquez sur  "Recherche" pour accéder à la base de données HockeyZonePlus

Stats de joueurs actuels et retirés
 (pro/mineur/amateur)
Entrez le nom de famille et cliquez sur "Recherche"pour accéder la base de données hockeydb.com

 

Comment arbitrer un match de fou de séries?
Par Francis Cossette
26 mars 2005

Depuis le début des séries, je me suis tapé trois matchs en trois soirs, dans trois villes différentes, dans trois séries différentes et bien que l'on jase souvent du piètre arbitrage du circuit, depuis le début des rondes éliminatoires, j'ai réalisé que l'arbitre Patrice Normandin a arbitré un excellent match à St-Georges vendredi soir. Un chaud partisan des locaux vous dira qu'il a été pourri et vous parlera des mauvaises punitions qu'il a appelé pour le Garaga et de celles sur lesquelles il a fermé les yeux du côté adverse. Un amateur descendu de Sherbrooke remettra le blâme inverse sur les épaules de l'officiel. Ce jeu de jugement biaisé par un préjugé favorable à l'équipe pour laquelle on prend est bien connu et ne change en rien si l'arbitrage a été bon ou mauvais.

Peu de gens sont à même de juger objectivement l'arbitrage au hockey, étant toujours partie prenante d'une équipe ou de l'autre. J'ai aussi été un peu allumé sur ce sujet alors que j'écoutais, en revenant de Québec, la ligne ouverte de CKNU FM 100,9, la station radio locale pour les matchs du Radio-X. Certains fans n'y allaient pas de main morte quant à la performance de Dave Loubier que j'avais trouvé moyen sans plus ni moins. J'ai vu bien pire dans la passé de la part de cet arbitre beauceron très arrogant qui avait été au cœur d'une controverse à Laval en séries il y a quelques années!

Là ou je veux en venir, c'est que j'ai réalisé dans un match complètement fou, qu'il humainement impossible dans une partie aussi rapide et extrêmement intense, d'appliquer les règlements sous le coup de l'émotion. A un moment donné, le zèbre en chef en avait tout simplement plein la vue! Quatre mises en échecs quasi simultanées sont survenues sur le non porteur de la rondelle, cela veut dire qu'il y a en même temps quatre obstructions, n'est-ce pas? Difficile de pouvoir discerner, pour un cerveau humain, qui a foncé sur qui. Donc il est impossible d'appeler une punition sur le jeu, car en plus, l'arbitre doit juger si les chutes étaient le résultat des talents d'acteurs de certains joueurs. Que des choses à gérer par des neurones en une fraction de seconde! Qui pénaliser quand tout le monde se frappe ensemble, si tu es neutre?

A un autre moment donné, l'intensité des belligérants était telle qu'il était impossible d'appliquer la fameuse consigne des dix minutes de mauvaise conduite pour provocation de l'adversaire applicable en série seulement. Les 10 joueurs sur la glace, avec leurs gants, se frappaient à qui mieux mieux dans une échauffourée. L'arbitre criait ''toé toé toé'' et sifflait au 5 secondes pour reprendre ''toé toé toé au banc!…''. Les joueurs ne voyaient et n'entendaient simplement pas l'arbitre et étaient tous en auto-défense simultanément.

En temps normal, dans une rixe générale des joueurs sur la glace, l'officiel en chef devrait se retirer avec un calepin, prendre des notes et laisser ses adjoints faire leur travail. Pourquoi les arbitres modernes n'ont plus de fameux calepin  ,dans leur poche arrière, en cas de foire et s'approchent-ils de la scène au lieu de reculer pour chercher un bon angle de vue? Simplement parce que les arbitres sont laissé à eux même sans superviseur et sans ''coaching'' dans une ligue trop rapide et très robuste. J'ai aussi vu l'arbitre changer un appel de punition: il avait le bras levé pour une punition à retardement et a sévit pour robustesse après l'arrêt de jeu. Devant le geste posé après le sifflet, il a simplement oublié qu'il avait une punition avant le sifflet. (Ce n'est pas grave, c'était pour mon équipe favorite qui au lieu d'avoir deux punitions n'en a eu qu'une! Merci Patrice!)

Pourquoi est-il permis de parler à l'arbitre en tout temps, pour n'importe quoi, et de la part de n'importe qui? Ceci en pleine foire en plus? Je me rappelle une époque ou les arbitres se faisaient respecter et ou le capitaine ou un assistant seulement pouvait, un à la fois s'il vous plaît, s'adresser à l'arbitre sans remettre en question sa décision. Les dix minutes de mauvaise conduite pour langage abusif envers un officiel sont malheureusement d'une autre époque sur la patinoire et hors glace. Quand l'arbitre approchait ses bras des hanches, il arrivait près du point de non-retour et avait un code visuel évident s'il ne voulait pas t'adresser la parole inutilement.

Plus tard dans la rencontre, le jeu est devenu tellement intense et rapide que l'arbitre a oublié que le jeu n'était pas arrêté pour s'avancer vers devant le filet ou deux joueurs se frappaient à terre à tour de rôle et luttaient comme deux lutteurs gréco-romains devant le gardien. Vous auriez dû le voir allumer quand une rondelle lui est passée un pied à gauche du visage sur un tir au but raté! Ce, en pleine phase de jeu non loin du filet à cause de sa propre imprudence. Le travail d'un officiel aussi impuissant dans un tel match consiste à éteindre les feux de son mieux, sous les cris stridents des injures des spectateurs des deux côtés. Sa marge de manœuvre quant à sa propre sécurité est aussi mince.

A un moment donné l'arbitre m'a donné l'impression de se demander: 'mais qu'est-ce que je fais ici ce soir?' Il a dit à son assistant: 'as-tu vu ça? ça pas de bon sens!' Qui a à dire objectivement du travail de l'officiel Patrice Normandin ce soir? J'ai vu un match arbitré de main de maître alors que dans un contexte absurde, l'officiel à eu le contrôle de la rencontre, et ce de la première seconde à la dernière.

Par contre, tant que la ligue n'aura pas un ''coaching'' efficace pour ses arbitres, une formation adéquate et un tri sélectif de compétences en action positive et négative, l'arbitrage des rencontres en général demeurera inefficace dans la ligue. Tant et aussi longtemps que durera aussi le trafic d'influence, tant sur les arbitres que sur la réglementation et dans l'application des sanctions, tant des gouverneurs que des dirigeants de la ligue, obligeant certains à emboîter le pas ou ne pas être compétitif, l'arbitrage demeurera la plaie béante du circuit Gaudette. Ce trafic d'influence rend l'esprit du jeu sur glace malsain par moment.

Discutez de la LNAH dans la section LNAH du forum HockeyZonePlus.com!

Autres articles LNAH

Article de la saison 2005-06

 

Copyright © 1999-2007 - HockeyZonePlus.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction, complète ou partièle, interdite sans le consentement écrit de HockeyZonePlus.com
Commentaires, questions et suggestions?  Contactez nous!