Historique salarial de joueurs actifs et retirés de la LNH
(depuis  1989)
Entrez le nom de famille et cliquez sur  "Recherche" pour accéder à la base de données HockeyZonePlus

Stats de joueurs actuels et retirés
 (pro/mineur/amateur)
Entrez le nom de famille et cliquez sur "Recherche"pour accéder la base de données hockeydb.com

 

Les deux discours de sourds de Québec!
Par Francis Cossette

17 mars 2005

Québec, ville de misère pour le hockey professionnel! D'un côté, la foule qui grogne contre le piètre spectacle avec dans les mains une équipe désormais gagnante. On aura beau gagner le championnat de la saison, sur les lignes ouvertes de la station locale qui couvre les activités de l'équipe, les gens critiquent l'entraîneur, critiquent que les parties sont ennuyantes, critiquent la sortie des joueurs, critiquent qu'il n'y a pas assez de combats… Dites, ça vous rappelle la belle époque de Nordiques de Québec de maître Marcel Aubut et Michel Bergeron comme instructeur?

De l'autre côté, celui de l'organisation dirigée par monsieur Bragoli, on souligne souvent, par l'écho des journalistes sportifs locaux, sa déception que les foules soient si peu nombreuses, que la foule n'est pas assez enthousiaste, on semble trouver la critique parfois acerbe sans vraiment trouver le problème ni la solution. Il faut dire que l'ambiance du lieu a un effet d'entraînement comme la fameuse image de la boule de neige qui dévale la montagne et se gonfle. Mais celui qui crie des bêtises sans ambiance a plus d'effet d'entraînement non désiré sur son environnement que le bon crieur. Il faut de toute évidence contrer les dénigreurs, qui n'ont que beau jeu, afin de créer une ambiance favorable.

Il semble très difficile, malgré les efforts parfois effrontés de l'annonceur maison et de la musique d'ambiance, de partir un effet d'entraînement. Pour compléter l'image la balle de neige qui se grossira en descendant la côte: toujours est-il faudra que ça colle! Un bébé qui pleure quand un joueur adverse est blessé, étendu au sol, ne crée aucune ambiance (les gens rient ou trouve cela ridicule rien de plus) et les commentaires au micro pendant le match non plus. De son côté l'annonceur maison semble trouver son idée excellente, en rajoute et semble se trouver drôle. Pas trop solide le gars!

Le Colisée Pepsi de Québec, ou évolue cette saison le Radio-X, a une capacité bien supérieure aux environ 4 000 spectateurs qui étaient au match du Radio-X contre le Garaga de St-Georges en ce mercredi de fin de saison. Qualifier de décevant de n'avoir que 4 000 spectateurs a de quoi faire sauter quelques autres propriétaires de cette ligue professionnelle mineure. Beaucoup d'entre eux seraient pour ainsi dire plus que satisfaits que de compter sur tant de partisans en pleine semaine! L'ampleur de la déception, en fait, repose sur l'attente de retour d'investissement cette saison. Déception qui ne devrait pas être transmise par frustration aux spectateurs cependant. Faudrait surtout pas se lancer la balle!

Les gens qui assistaient déjà aux matchs en voulaient plus, en ont eu plus et en veulent toujours plus même si l'équipe est transformée complètement depuis l'acquisition faite par le groupe Genex des mains de monsieur Frank Lefrançois la saison dernière. Cette gageure d'emménager au Colisée Pepsi pour la saison entière a été faite de par la capacité illimité de l'amphithéatre pour l'espérance d'assistance d'une équipe moyenne de la Ligue nord-américaine de hockey. Elle a aussi été faite par les salles combles de l'année dernière lors de ''tests de marché''. La question suivante serait de mise pour l'organisation du Radio-X pour attirer de nouveaux partisans: que voudraient ceux qui n'assistent que peu ou pas aux matchs et comment pourrait-on créé plus d'ambiance malgré les limitations physiques de l'aréna? En ce moment, les promotions spéciales se suivent et se ressemblent mais la foule moyenne demeure sensiblement la même!

Et si le manque d'ambiance reposait que sur l'équipement comme tel? On aura beau créer une ambiance artificielle, l'ambiance naturelle est toujours la meilleure. Le retour de son au Colisée Pepsi est médiocre et le fait que la foule soit moins nombreuse qu'espérée ne remplit pas l'aréna au niveau sonore non plus. L'aréna plein, le genre d'ambiance bien que plus élevé en décibels devient impersonnel pour le joueur sur la patinoire. Le son devient comme une rumeur qui stimule autant l'adversaire que l'équipe locale comme au temps des Nordiques au Colisée. Tout simplement, le son naturel se perd à l'intérieur du Colisée Pepsi.

Une équipe moderne de mise en marché se doit d'amadouer un dinosaure conçu dans une autre époque ou le dynamisme du spectacle de hockey ne consistait qu'à mettre une équipe gagnante et compétitive sur la patinoire pour remplir celui-ci! Cette équipe de marketing pour qui tout semble bien fonctionner habituellement a-t-elle frappé son Waterloo comme Napoléon Bonaparte à son époque? Qui gagnera finalement entre l'équipe de mise en marché et l'équipement mal conçu?

Un travail acharné se fait du côté de Québec mais a-t-on plus misé sur la capacité illimitée de places que sur les possibilités de création d'atmosphère de spectacle? Facile pour un groupe Rock de monter le volume au maximum et d'ajouter des watts, les gens payent pour se faire péter les oreilles lors d'un concert de musique heavy metal. C'est plus dur, par contre, d'endurer 100 000 watts de son pendant tout un match de hockey pour créer une soi-disant atmosphère. Je ne suis pas certain que ce soit la solution. Difficile de par une voix humaine de se motiver à crier sans émotions aussi. En plus, un règlement municipal interdit aux spectateurs d'apporter des équipements électriques ou électroniques qui amplifie les son pour faire du bruit. C'est difficile dans cette situation d'augmenter le bruit si on est un spectateur imaginatif!

Québec avec sa meilleure saison dans la ligue entre dans les séries avec le pire des scénarios: jouer ses parties à domicile dans le ventre d'un dinosaure! L'avantage de la glace n'aura que des répercussions monétaires pour l'équipe, elle n'entraînera pas d'effet de motivation à domicile. Au point de vue psychologique, les joueurs devront gagner tous leurs matchs sur la route. La commande ne sera pas facile mais le talent ne manque pas au sein de la formation, tout n'a jamais été aussi possible!

Et s'il existait des solutions inexplorées pour ces éternels innovateurs que sont l'équipe marketing de Genex communication? Un des deux sourds devra entendre si l'on veut rapprocher les deux parties!

Discutez de la LNAH dans la section LNAH du forum HockeyZonePlus.com!

Autres articles LNAH

Article de la saison 2005-06

 

Copyright © 1999-2007 - HockeyZonePlus.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction, complète ou partièle, interdite sans le consentement écrit de HockeyZonePlus.com
Commentaires, questions et suggestions?  Contactez nous!