Historique salarial de joueurs actifs et retirés de la LNH
(depuis  1989)
Entrez le nom de famille et cliquez sur  "Recherche" pour accéder à la base de données HockeyZonePlus

Stats de joueurs actuels et retirés
 (pro/mineur/amateur)
Entrez le nom de famille et cliquez sur "Recherche"pour accéder la base de données hockeydb.com

 

Léo-Guy Morrissette a soif
Par Michel Tassé
30 mars 2002

Champion du trophée Jean-Rougeau, le Titan d’Acadie-Bathurst a la ferme intention de prouver, au cours des prochaines semaines, que les succès qu’il a remportés au cours du calendrier régulier n’étaient pas le fruit du hasard.

Après avoir bénéficié d’un laissez-passer lors du premier tour des séries éliminatoires, le Titan va affronter les surprenants Remparts de Québec en demi-finale de l’association Frank-Dilio. En éliminant les Saguenéens de Chicoutimi en quatre matches, la troupe de Guy Chouinard a littéralement jeté à terre le petit monde du hockey junior québécois.

Propriétaire du Titan, Léo-Guy Morrissette ne prend rien pour acquis, mais il est confiant. Et il vise haut, très haut.

“Mes équipes ont participé au tournoi de la Coupe Memorial cinq fois, mais elles n’ont encore rien gagné, mentionne-t-il d’entrée de jeu. Qu’on se le tienne pour dit, Léo-Guy Morrissette ne se reposera pas tant et aussi longtemps qu’il n’aura pas bu dans cette fameuse Coupe Memorial. Et je pense que le Titan a ce qu’il faut pour se rendre jusqu’au bout en 2002.”

Oui, Morrissette, qui a transféré le Titan de Laval à Bathurst et qui a été propriétaire des Lynx de Saint-Jean, vise haut. Il croit en son équipe, c’est clair. En fait, il y croit depuis le premier jour de la saison.

“Au camp d’entraînement, on savait qu’on avait ce qu’il fallait pour terminer parmi les quatre meilleures équipes de la LHJMQ. Les journalistes nous prédisaient les pires misères, mais ils ne savaient pas que Janis Sprukts allait être aussi bon, ils ne savaient pas que Jonathan Ferland allait ouvrir la machine et ils ne savaient pas que Adam Russo allait tout arrêter. Nous, dans les bureaux de l’équipe, on le savait.”

Morrissette affirme qu’il a rarement vu une équipe aussi équilibrée que son Titan.

“Ne cherchez pas, nous sommes forts partout, à toutes les positions. J’ai déjà vu des équipes plus talentueuses, mais aussi équilibrée, je ne pense pas. Vous savez, ça ne donne rien d’être puissant à l’attaque si tu es faible en défensive ou devant le filet.”

Mais celui qui a assemblé tous les morceaux du casse-tête, c’est Réal Paiement, qui a abouti derrière le banc du Titan au milieu de la saison 2000-2001. Y’a-t-il d’ailleurs quelqu’un qui doute que Paiement sera choisi l’entraîneur de l’année lors du prochain gala des Rondelles d’or?

“Si vous voulez mon avis, Réal ne devrait même plus coacher dans la LHJMQ, lance Morrissette. Cet entraîneur-là, c’est évident, est de calibre pour les rangs professionnels et même la Ligue nationale. C’est un technicien et un tacticien extraordinaire. Il a été le premier pilote à qui j’ai accordé un contrat à long terme. Il a fait un boulot incroyable depuis qu’il est débarqué à Bathurst.”

Face aux Remparts, Paiement va se frotter à un autre vieux routier du hockey junior québécois, en l’occurrence Guy Chouinard. Morrissette affirme qu’il ne veut pas faire de prédiction quant au résultat de la série, mais on sent qu’il n’est pas particulièrement inquiet.

“Les Remparts ont joué de l’excellent hockey contre Chicoutimi, mais je pense que les Saguenéens étaient fatigués, brûlés. Leur manque de profondeur leur a également coûté très cher.”

Morissette est impliqué dans le monde du hockey junior depuis bientôt 20 ans. Il était de fort belle humeur quand il a été rejoint par le chroniqueur de hockey junior de HockeyZonePlus.com. Bathurst est l’équivalent du bonheur presque total pour lui.

“Ça fait quatre ans que je suis à Bathurst et je suis heureux. J’ai vendu toutes mes entreprises de la région de Montréal et je me suis établi ici en permanence avec ma famille. C’est un endroit absolument merveilleux pour faire du hockey. Non, il ne manque pas grand-chose à mon bonheur.”

Pas grand-chose. Peut-être seulement une belle grosse coupe...

HORS-JEU: Déçus, les partisans du Drakkar

Les partisans du Drakkar de Baie-Comeau sont aussi déçus que ceux des Saguenéens à la suite de l’élimination de leurs favoris au premier tour des séries devant les Screaming Eagles du Cap-Breton. Et ils ont raison de l’être.

Yanick Lehoux aura disputé quatre saisons avec le Drakkar sans que l’équipe n’en ait profité pour gagner quoi que ce soit. Il n’en demeure pas moins que le numéro 26 a été le meilleur joueur de l’histoire de la concession de la Côte-Nord.

Qui sait ce que le Drakkar aurait pu accomplir si Lehoux et l’entraîneur et directeur-gérant Richard Martel avaient marché main dans la main au lieu de se tirailler pour tout et pour rien?

Il n’y a pas que Lehoux à blâmer dans cette histoire.

Copyright © 2002 - Michel Tassé - Tous droits réservés.

Autres articles Hockey Junior

Copyright © 1999-2007 - HockeyZonePlus.com - Tous droits réservés.
Toute reproduction, complète ou partièle, interdite sans le consentement écrit de HockeyZonePlus.com
Commentaires, questions et suggestions?  Contactez nous!